[Témoignage] Enfin stérile !


Témoignage / Monday, December 21st, 2020

Aujourd’hui je vous partage l’histoire d’Esther, jeune maman qui a décidé qu’elle ne voulait plus d’enfants et qui a fait le choix de la stérilisation volontaire à visée contraceptive, accessible à toutes les femmes à partir de 18 ans selon la loi. En pratique, c’est encore compliqué d’y accéder.

Je m’appelle Esther, avant j’avais un compte sur Instagram que j’ai fermé sur lequel mon témoignage sur la ligature des trompes figurait. 

Comme je trouvais ça important de parler de mon expérience avec la ligature des trompes en temps que femme de 26 ans n’ayant eu qu’un seul enfant, j’ai demandé à Madeline si elle était d’accord de publier mon histoire sur son blog afin qu’elle soit en ligne pour les personnes qui pourraient en avoir besoin.Ce qu’elle a, vous vous en doutez, accepté !

TW : l’article comporte des photos de mes cicatrices et décrit une opération chirurgicale.

Alors voilà, l’idée de la stérilisation à visée contraceptive à germé dans mon esprit vers la fin de ma grossesse. Une grossesse qui s’est pas très bien passé, que j’ai très mal vécu pour tout un tas de raisons. Je ne faisais pas partie de ces personnes qui ont adoré être enceinte et qui y ont trouvé de l’épanouissement.

C’était même tout le contraire.

L’accouchement a conforté mon idée, il a été très traumatisant.


Tout ça, plus les traumatismes déjà présents avant la grossesse, m’ont mené à une dépression post partum dont je ne suis toujours pas sortie.

C’était décidé, on ne m’y reprendra plus.Je ne voulais plus jamais être enceinte et la charge mentale de ma fertilité me pesait énormément.
Avec mon mari, nous utilisons des préservatifs, je ne voulais plus prendre d’hormones parce que je les supportais très mal et il me soutenait dans mon choix. Aucune contraception temporaire ne me convenait, j’avais toujours peur de tomber enceinte.Et franchement avoir peur a chaque rapport de revivre une grossesse ou simplement de devoir passer par l’IVG, c’est franchement pas épanouissant dans une vie sexuelle.Encore moins quand on apprend à se réapproprier son corps après un bébé.J’ai donc fini par reprendre la pilule, ce qui a éteint complétement ma libido… Très utile pour avoir une vie sexuelle épanouie, n’est ce pas !

J’ai donc commencé a rechercher des gynécologues qui voudraient bien m’opérer.Il faut savoir que depuis le 4 juillet 2001, la stérilisation à visée contraceptive est autorisée pour toute personne majeure sans distinction de genre.La seule condition, est donc d’avoir 18 ans.

Les gynécologues ne sont pas tenus de vous opérer, ils ont le droit à l’objection de conscience, mais doivent vous orienter vers quelqu’un qui serait en mesure de le faire.

J’ai personnellement rencontré cinq gynécologues avant de trouver THE ONE.

Ce n’était pas une mince affaire, souvent on vous infentilise en vous sortant beaucoup de conneries. Des choses qui sont parfois très blessantes, franchement sexistes ou tout simplement horribles (“mais si votre enfant meure, comment vous allez faire si vous voulez la remplacer ?!” ou “mais de toute façon les femmes, vous changez d’avis comme de culotte”. Si si je vous jure.) J’ai d’ailleurs été forcée de me tourner vers le privé pour pouvoir être opérée. Dans les hôpitaux publics, on me refusait l’opération.Je me suis donc endettée pour payer le prix de ma liberté…

Je me permets de rajouter ce petit “disclaimer” car j’ai reçu quelques remarques pas très agréables quand j’ai posté mon histoire sur mon ancien compte Instagram.

Je sais que tout le monde n’a pas les moyens de passer en clinique privée. Je en ai moi même pas les moyens, je vais probablement galérer quelques mois à joindre les deux bout à cause du coût de cette opération.Si on avait accepté ma demande dans le public, je n’aurai pas forcément choisi d’aller me faire opérer en clinique privée.
Et encore j’ai eu de la chance, 5 gynécologues, c’est relativement peu.

Mais voilà, j’ai trouvé le bon et c’était un premier énorme soulagement émotionnel (et financier… Bah quoi faut bien en rire ? Haha)Après la première consultation avec le Dr j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps tellement j’étais heureuse d’avoir enfin le papier d’intention d’intervention !

Après qu’il m’ait expliqué l’opération et reparlé de toutes les autres méthodes contraceptives (il est obligé, c’est la loi), il m’a signé ce papier, remis le dossier sur la stérilisation et donné une date de rendez-vous 4 mois après.

C’est le délai légal de réflexion OBLIGATOIRE avant de confirmer son intention.

Il faut savoir qu’une fois que vous êtes en possession du document d’intention d’intervention, il est valable autant de temps que vous le voulez. Vous pouvez vous faire opérer 4 mois ou 10ans après, ça n’a pas d’importance.
Je le rencontre de nouveau 4 mois plus tard, je confirme évidemment mon choix et je signe le consentement éclairé d’autorisation d’intervention, puis on choisit une date d’opération ensemble.Dans un premier temps il m’a proposé de m’opérer 15 jours après, mais c’était un délai trop court pour m’organiser avec ma fille et mon mari.J’ai donc eu une date un p’tit peu plus d’un mois après.
J’ai choisi de me faire opérer dans une clinique privée pour des raisons de confort et surtout passer par le système public, c’est dans la plupart des cas essuyer des refus. Surtout à mon âge.C’est aussi la clinique où mon gynécologue opérait. 
J’ai donc dû prendre rdv avec l’anesthésiste de la clinique et réserver ma chambre moi même via leur site.J’ai rencontré l’anesthésiste 4 jours avant mon opération ; il m’a posé tout un tas de questions concernant ma santé et m’a réexpliqué l’intervention.Il m’a également prescrit un test PCR (pandémie oblige…), C’était le dernier passe droit avant de passer sur le billard, si il revenait positif on reportait.

Le jour J, j’arrive à 7h à la clinique, toute l’admission était déjà faite en ligne, donc on me donne mon dossier et on me conduit à ma chambre.On prend ma tension et ma température, puis on me donne les habits de lumière.


On me dit que je suis en seconde position et qu’on viendra me chercher quand le chirurgien sera prêt.J’ai attendu 1h30 dans ma chambre, puis on est venu me chercher pour aller au bloc à pieds.

Tout le monde était super cool, le chirurgien me dit “vous n’avez pas changé d’avis ?” En rigolant, ce a quoi je réponds “Avec ma fille qui se réveille à 5h le matin de mon opération, plus aucun doute” 

Puis on me parle évidemment de mes tatouages pour détendre l’atmosphère pendant qu’on me “techniquait” (ouais j’étais un peu tandax quand même hein), et j’ai demandé à l’anesthésiste comment on faisait pour anesthesier quelqu’un. Je ne voulais pas dormir tant qu’il ne m’avait pas expliqué en détails haha Donc maintenant je sais comment on fait, si vous avez besoin d’une petite anesthésie, j’suis dispo d’ailleurs haha
On me met le masque, je respire 3 fois et je m’endors.

Je me réveille à peu près deux heures plus tard, j’ai mal et j’ai froid. 7/10 niveau douleur.

On me passe des anti douleur, qui font vite effet vu qu’ils passent directement dans mon sang. On prend ma tension tout les 5 min et on vérifie ma température aussi régulièrement. On me demande très souvent si j’ai mal pour prendre en charge ma douleur.

Après ça on me remonte assez rapidement dans ma chambre, tout va visiblement très bien pour moi, je me sens assez rapidement bien. 3/10 niveau douleur grâce aux anti douleur.

J’ai trouvé le réveil assez facile, j’ai récupéré ma toute ma tête vraiment rapidement, j’étais étonnée.

Une fois dans ma chambre on est venu régulièrement prendre ma tension et ma température, qui étaient normales.On me dit qu’on va m’apporter un p’tit truc à manger et on me dit de surtout rester allongée au max pour éviter d’avoir mal aux épaules a cause de la coelioscopie.
Et super conseil, parce que j’ai eu zéro douleurs aux épaules.

Par contre j’avais BEAUCOUP de nausées, à cause de la morphine qui est utilisée pendant l’anesthésie (j’vous avez dit que je sais comment on fait maintenant hahahaha).J’ai mis tout l’après midi à manger ce qu’on m’avait apporté.J’ai aussi beaucoup somnolé et fait des micro siestes. J’ai fait des rêves ultra chelou aussi.
On a aussi vérifié mes sutures et si je n’avais pas de saignements utérins/vaginaux (ça peut arriver) mais rien du tout.

Le chirurgien vient me voir, m’explique que tout s’est très bien passé, et que pendant qu’il y était il avait vérifié que l’utérus et les ovaires étaient sains.Je ne sais pas combien de fois j’ai du le remercier, mais j’étais complètement euphorique et tellement soulagée !

Une infirmière vient m’aider à me lever pour aller aux toilettes, c’est LE truc qui va vous donner le droit de sortir. C’est le signe que tout va bien.J’ai finalement le droit de sortir vers 17h avec la consigne de ne pas prendre de bain pendant 15 jours, de ne rien porter de lourd  (dont ma fille) et une ordonnance pour les anti douleur.Pas de soins spécifiques pour les points puisque il n’y a pas de fils, mais juste de la colle.
C’était fait !

J’ai donc subi une salpingectomie bilatérale totale par scelioscopie, c’est à dire qu’on a enlevé les trompes dans leur totalité.Ce qui rend la procédure définitive et très fiable.


D’ailleurs, mon chirurgien m’a expliqué il y a un autre intérêt à cette intervention, c’est qu’on enlève le pavillon de la trompe de Fallope qui est responsable de bcp de cancers des ovaires. Quitte à stériliser, autant que ce soit utile aussi pour éviter un potentiel cancer !

Un autre point important, c’est que malgré la prise en charge de la sécu, l’intervention coûte de l’argent.Dans mon cas, j’ai du sortir de ma poche 650€ une fois la prise en charge de l’assurance maladie soustraite. Ma mutuelle prendra en charge une partie.
Ça correspond aux différents dépassements d’honoraires et de la chambre à la clinique.

Concernant le post opératoire, je suis a J+3 quand j’écris et c’est plutôt facile.
J’ai ressenti le besoin de prendre des anti douleur le premier jour, après la douleur était très supportable.
Ça fait comme des courbatures après une séance véner’ d’abdos. C’est plus difficile de bouger qu’autre chose. Ici je vous met un petit montage de mes cicatrices a J3, J7 et J14.On voit d’ailleurs assez bien que mon ventre a bien dégonflé en deux semaines, probablement des restes du gaz de la coelio et l’oedème de l’opération.


A J+14, je suis complètement remise. Je n’ai plus eu du tout de douleurs vers J+5 et la colle a commencé à s’effriter vers J+8. Maintenant je n’en ai plus du tout.

Me voilà donc stérile, j’en suis ravie et surtout soulagée !

On voit souvent ce mot utilisé de manière négative (force à toutes les personnes en PMA), mais pour moi c’est vraiment un soulagement de pouvoir le dire.

Je ne peux plus être enceinte naturellement, je suis stérile par choix et ça me rend tellement heureuse !

Mon corps, mon choix 💪

2 Replies to “[Témoignage] Enfin stérile !”

  1. Merci beaucoup pour ce témoignage !! C’est une solution à laquelle je pense beaucoup sans encore faire de démarches, faute de temps. Toutes ces informations sont très intéressantes et vraiment utiles.

  2. Merci pour ton témoignage j’en avais besoin!
    Maman de 5 enfants,j’ai rendez-vous le 21 avril pour une ligature des trompes, mon homme n’en est pas d’accord mais je suis trop fatiguée ce qui me rend nerveuse et impatiente… et comme toi j’ai peur de retomber enceinte à chaque rapport protégé!!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.