Procreation sex, le sexe pour faire un enfant


#MakingABaby, Sexualité / Friday, July 20th, 2018
Disclaimer : Cet article parle de mon ressenti de femme cis hétéro blanche fertile. Donc forcément cet article va être hétéronormé en parlant du parcours “”classique”” pour faire un bébé (=papa dans maman). Je soutiens et milite pour une meilleure accessibilité à la PMA, FIV et GPA ainsi que l’adoption. Dans cet article je parle sexualité avant tout dans le contexte “”classique”” (note les doubles guillemets stp) de procréation, dans NOTRE contexte. Si tu es une C60 qui en est à sa énième FIV ou une (future) maman qui a (eu) un parcours complexe pour procréer et que cet article risque de te heurter, je me permets de te rappeler que mon ressenti m’appartient et qu’il n’invalide pas ce que tu vis/as vécu. Cet article est personnel, je raconte les choses de mon point de vue, dans le contexte de mon chemin personnel. Si vraiment tu ne te sens pas de rester neutre (= te faire ton opinion sans venir m’agresser en commentaires en rameutant tes copines) face à la lecture de cet article, alors je t’invite à fermer l’onglet et passer à autre chose. Namaste

Je suis tombée enceinte avant d’avoir pu finaliser cet article, c’est donc avec nostalgie que j’en reprends l’écriture. Parce que faire l’amour pour faire un bébé, c’est vraiment une autre dimension! Quelque chose d’exceptionnel! “Once in life time” (or twice, or more if you’re lucky ^^’) que je vais donc essayé de retranscrire en simples mots.

L’intention

C’est quelque chose que j’ai appris à conscientiser et explorer avec le yoga. L’intention est comme une bonne résolution sur laquelle travailler mentalement et/ou dans notre manière d’être au monde. On l’exprime concrètement dans la vraie vie avec des projections positives.

Elle peut être simplissime et évoluer avec le temps. Ou au contraire complexe et se simplifier avec le temps.

L’intention est comme une graine que l’on sème au fond de soi, qu’on entretient et à laquelle on laisse le temps de germer.

 

Sex with intentions

Le sexe pour procréer, pour moi, c’est faire l’amour avec une intention (dans la définition yoga du terme) bien particulière. Dit comme ça, ça parait bête. C’est évident que quand on veut un enfant, on fait l’amour POUR procréer ! Oui mais quelle est l’intention profonde derrière simplement “procréer” ? Pour ma part, je suis passée par plusieurs intentions, les principales, sans ordre particulier, ayant été :

  • offrir à MiniCaptain la chance de connaitre l’amour fraternel et/ou sorore,
  • revivre une grossesse dans la joie et la sérénité,
  • me focaliser sur le désir du Captain,
  • savourer l’instant présent car c’est potentiellement LA bonne fois (et la dernière aussi)
  • réaffirmer ma légitimité de maman (je t’en parle bientôt dans un article)
  • vivre le plus bel accouchement possible quelques soient les conditions
  • donner vie à ma petite étincelle de vie qui a frappé à la porte en début d’année

 

Le meilleur sexe qui soit ?

Pour ma part oui. De loin. Avec le Captain, il y a une telle alchimie dans l’air quand nous nous attelons à faire un bébé, qu’elle est presque palpable! Il faut dire que nous nous connaissons bien tous les deux et nous prenons particulièrement soin l’un de l’autre. Donc toute cette complicité et tendresse naturelle est exaltée pendant la période de conception et l’acte en lui-même.

Pourtant les positions sont les mêmes, les respirations, les gémissements, les cris, les râles, ne sont pas différents d’avant. La seule vraie différence c’est qu’on laisse nos Lelo Hex sagement dans leur boite (et que je dois vidanger après nos ébats #glamourbonjour ).

C’est vraiment complexe à mettre en mots ce qu’il se passe. C’est une dimension presque spirituelle (pour moi) de la sexualité. Les intensions qui sous-tendent l’acte de procréation sont tellement fortes, tellement puissantes, tellement essentielles, que les sensations sont décuplées, le moment présent est pleinement vécu. Rien d’autre n’existe à ce moment (encore plus qu’habituellement j’entends)

 

“Tomber enceinte en un écartement de jambes”

Voilà ce qu’on m’a reproché récemment. Et j’ai envie de crier tellement c’est loin de la vérité ! Que ce soit pour procréer aussi bien que pour faire l’amour avec sa moitié. Si pour toi le sexe c’est écarter les jambes, alors je te plains. Si tu penses que je ne fais pas l’amour enceinte, alors tu te plantes. Si tu penses que je n’ai pas le droit de regretter d’avoir eu une période si courte de procreation sex, alors relis mon disclaimer en début d’article et ferme cette page.

 

J’aurais aimé savourer plus longtemps

Bye bye le procreation sex quand tu tombes enceinte en C1!

C’est un peu comme les vacances en fait : tu as profité, c’était génial, mais c’est passé trop vite et on aimerait bien pouvoir les prolonger ! Et oui, je le dis sans honte, j’aime tellement faire l’amour avec mon mari avec une intention aussi intense que celle d’agrandir notre famille, que quand nous avons découvert que j’étais de suite enceinte, au bonheur immédiat à succéder un “Zut, j’aurais bien profité encore”. (Et hop ! Un argument de plus pour un troisième enfant un jour! 😉 )

Ce n’est pas pour autant que je ne suis pas contente d’être une C1 (si tu as lu mes stories à la une sur Instagram tu sais que je n’ai pas non plus eu un parcours facile). Ce n’est pas pour autant que je dois m’interdire de regretter que les essais n’aient pas durer plus longtemps. Ce n’est pas pour autant que je ne suis pas excitée pour la suite de l’aventure !

 

Ok donc le procreation sex c’est fini. Y a quoi après du coup ?

Maintenant, place au pregnancy sex! Cette chose purement divine mais qui fluctue TELLEMENT tout au long de la grossesse !

Je me rappelle que pour Mini-Captain, nous avions traversé le désert pendant le premier trimestre de la grossesse : j’étais fatiguée, je dormais dans la salle de repos à la pause méridienne, mes seins étaient durs et douloureux, j’avais tout le temps sommeil et des courbatures partout. T’image bien que ma libido était au fond de mes chaussettes (avec mon énergie, ma vitalité, ma patience, mon sens de l’humour et ma bienveillance).

A partir du second trimestre, j’avais une libido qui surpassait celle du Captain (et quand tu connais la bête, c’est pas peu dire!). A tel point qu’il finissait par refuser parfois de faire l’amour une deuxième, troisième, quatrième, énième fois (selon sa forme physique) pour ne pas s’épuiser à la tâche ^^’

Ca reste une période que nous espérons revivre tant l’érotisme des rondeurs de la grossesse nous a plu la première fois (sans pour autant verser dans la maïeusophilie, c’est vraiment notre amour l’un pour l’autre qui atteint une autre dimension avec la grossesse) !

Bientôt, je te parlerai du pregnancy sex! J’attends juste que ma grossesse soit plus avancée pour pouvoir mieux en parler 😉

3 Replies to “Procreation sex, le sexe pour faire un enfant”

  1. Encore toutes mes félicitations petit chat !
    C’est vrai que même si je n’ai pas encore d’enfants (soooooon!), je pense que j’arrive à peu près à comprendre ce sentiment qui t’a été reproché, comme aller à Disneyland mais devoir partir en plein milieu de l’apres-midi. C’etait cool mais j’aurais pas dit non à plus 😏😏😏 (je pense qu’on en a jamais assez… à confirmer pour moi le moment venu!)
    Profitez bien de ta grossesse, éclatez vous, et je suis impatiente de lire tes sujets sur le procreation sex!
    Bisous 😘

    1. J’aime bien ta comparaison avec Disneyland 🙏 Hâte d’avoir ton retour sur le procreation sex (mais bon, chaque chose en son temps, wedding first! Tu nous parleras peut être nuit de noces 😘 (spoiler alert : c’est un mythe 😅)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.