[Matropause] La libération


Parentalité / Thursday, January 14th, 2021

Version audio 3’27

Cet article est le dernier d’une série de trois. Si tu n’avais pas lu les autres avant, je t’invite à aller les lire :
[Matropause] La décision
[Matropause] La réflexion

Ca y est. J’y suis. J’ai fini mon deuil d’une future maternité. J’ai passé ce cap. Je peux dire sereinement : “Je n’aurai plus d’enfant”.
Sans pincement au coeur.
Sans regrets.
Sans soupir.
Sans espoir secret.

J’y suis.

Je n’aurai plus d’enfant.

Et ça me réjouit.

BébéSourire aura bientôt 2 ans et je réalise qu’être maman d’enfants petits : c’est chiant. Ohlalala Madame Captain va encore agiter la toile! Elle a osé dire qu’être maman c’était chiant!

Je ne vais pas regretter :
– la grossesse
– le post-partum
– les galère d’allaitement
– les fluctuations hormonales,
– les changements corporels et physiologiques,
– le syndrome du neurone unique,
– les couches,
– les courses tout nu après le bain pour s’habiller (même si j’adore ça et que je me marre autant que BébéSourire)
– les nuits hasardeuses
– devoir décrypter ce qu’il veut, ce qu’il dit
– l’apprentissage de la propreté
– la prise de tête pour trouver la crèche/assmat qui convient
– la première rentrée et les pleurs associés
– devoir restreindre nos sorties pour faire des choses compatibles avec des tous petits
– se trimballer partout avec le sac à langer
– jouer en boucle au Premier Verger
– devoir m’extasier devant des dessins moches et des créations faites par l’Astem et la maitresse (merci à toutes les astem et les maitresses qui complètent les créations de nos loulous pour booster leur confiance en eux)
– m’inquiéter des potentiels retards de développement (BébéSourire est à minima un “late talker” mais forcément, avec le neuroatypisme de son frère, la question nous préoccupe pour lui également)

Bref. Je bascule en full mode Mauvaises Mères (Dieux que ce blog manque dans la blogosphère et l’instasphère en ce moment!). J’ai réalisé une chose toute simple : c’est tellement plus cool d’être maman d’enfants plus grands ! (probablement parce que j’ai pas encore d’ado à la maison aussi, ça aide vachement, j’en ai conscience)

Et puis être mère ce n’est pas tout, et si j’ai conscience qui biologiquement nos cerveaux sont perturbés au début de la vie de nos enfants pour assurer soins et survie de l’espère (tu sais, ça fait partie de la réthorique BPR sur “C’eSt NaTuReL” ou encore “On EsT pRoGrAmMéE pOuR çA”) et bien ça fait un bien de dingue de revenir enfin à soi même !

J’aime mes enfants.
Les regarder grandir me remplit d’un bonheur indescriptible. Mais ils ne sont pas tout pour moi. Ma vie va au delà d’eux tout comme la leur va au delà de moi, de nous.

Nous ne sommes que la base dans leur vie. Nous ne sommes pas leur vie.

Ils sont notre plus belle aventure. Ils ne sont pas notre seule aventure.

J’en suis à un moment de ma vie où je n’engrange plus chaque moindre souvenir animée de cette fameuse FOMO (Fear Of Missing Out : la peur de passer à coté de quelque chose). Je me réjouis plutôt des perspectives que nous offre l’avenir avec deux enfants : les vadrouilles, les activités, les sorties, les moments qu’on pourra partager ensemble en appréciant tous d’être là (parce qu’on va avouer que les sorties au parc à applaudir chaque descente de toboggan, au début c’est mignon, au bout d’un moment c’est chiant (HAN ELLE A REDIT QUE C’ETAIT CHIANT! VITE! QU’ON APPELLE L’ASE! ))

Dans notre avenir, donc, plus de chamboulement profond avec l’arrivée d’un nouvel enfant.

Dans notre avenir, les gros chamboulements en perspective vont être une stérilisation définitive et tous les challenges qui viennent et viendront avec le fait d’élever nos deux garçons.
Et c’est déjà pas mal!

Je n’aurai plus d’enfants.

Et quelle libération !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.