Le jour où elle nous a reproché l’échographie du premier trimestre


Belle-Maman, Billets d'humeur / Sunday, January 6th, 2019

Fin 2018 j’ai coupé tout contact avec ma belle-mère. En plus de commencer un carnet à l’intention de mon moi du futur, à relire quand je deviendrai belle-mère (et peut être grand-mère), j’ai décidé de poser ici les anecdotes qui ont pavé le chemin de la discorde entre elle et moi. D’une part dans une optique de catharsis, d’autre part en espérant pouvoir échanger si ce que je relate fait écho à ce que vous pouvez/avez pu vivre.

Cette anecdote est assez fabuleuse, je dois l’avouer. Je souhaite à toutes les futures mamans de ne jamais connaître ce que ma belle-mère nous a fait connaître à ce moment si important et douloureux de notre vie de parents.

Après deux années de traitements lourds pour une maladie me concernant et le pronostic médical qu’il me serait difficile de procréer, après une GEU sous DIU (Google est ton ami) j’étais enfin enceinte de MiniCaptain ! Nous l’avons annoncé de suite, car nous partions du principe que même si la grossesse n’évoluait pas et évoluait mal, en attendant cet enfant existait.

Et puis est venue la première échographie. La clarté nucale (là encore, Google est ton ami) était trop épaisse. Le gynécologue a été très rassurant avec nous, très pédagogue, en nous présentant les chiffres de quand c’est révélateur d’un soucis et quand ça ne l’est pas. Nous avions pris la décision de ne pas attendre un mois de plus pour pouvoir faire l’amniocentèse (prélèvement du liquide amniotique) mais de faire immédiatement une choriocentèse (prélèvement du tissu placentaire là où se forme de cordon ombilical) pour déterminer si cette clarté nucale était signe d’un soucis. Auquel cas, nous avions pris la décision d’interrompre la grossesse.

Comme depuis l’annonce nos familles prenaient régulièrement des nouvelles, nous avaient demandé plusieurs fois quand était la première écho, et que nous n’avions pas particulièrement envie de répéter la même chose une douzaine de fois, nous avons décidé d’envoyer les images de l’écho par mail pour partager la première photo du premier petit-enfant et de faire un compte rendu succinct des bonnes mesures et des moins bonnes :

“L’échographie a cependant détecté une petite anomalie au niveau de la clarté nucale qui est un peu épaisse. Même si la mesure n’a rien d’alarmant, nous préférons faire un examen pour vérifier que tout va bien, examen qui va établir la carte génétique complète de bébé (nous saurons donc son sexe plus tôt que prévu! 😀 ).
Donc pas d’inquiétudes, nous vous tiendrons au courant dés que nous aurons les résultats ;)”

L’optimisme incarné, non ?

C’est ce jour là précisément que ma belle-mère a commencé sa psychose sur “le virtuel” car en réponse à notre message, devine ce qu’elle a répondu ? Qu’elle était probablement “has been” mais qu’elle était surprise qu’on annonce l’information par mail et que c’était du coup dur d’être présente pour nous épauler (rappel des faits, elle habitait à 300m de chez nous quand le reste de nos familles habitait loin, entre 80Km et 700Km, et nous n’avions interdit à personne de nous appeler et venir nous voir).

Pas un mot sur le fait de découvrir la première écho de son premier petit enfant. Pas un mot sur les nouvelles. Non. Juste qu’elle ne comprend pas, que le mail ne lui convient pas et qu’elle ne se prive pas de nous le reprocher.

A la limite. Si elle s’était arrêtée là. Admettons. La forme la dérange. Elle nous le dit. Fin de l’histoire.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là.
#mabellemèreestformidable

La choriocentèse avait été faite et nous attendions les résultats. Tu imagines que c’était quand même relativement angoissant pour nous d’être dans cette position là. D’autant plus que c’est la semaine où j’ai senti MiniCaptain bouger pour la première fois. Donc se dire qu’il va falloir interrompre la grossesse alors qu’on vient de sentir les vaguelettes au fond de son ventre pour la première fois, c’était émotionnellement assez lourd.

Et bien ma belle-mère en a profite pour nous reprocher notre égoïsme. Comment osions nous lui faire revivre ça !? Revivre quoi ? Tu t’es renseignée sur l’historique médical de ta belle-mère avant de faire un enfant toi ? Parce que moi pas. Du coup je ne comprenais pas qu’elle s’en prenne à nous en nous traitant d’égoïstes juste parce que nous avions envoyé ce mail. Et c’est donc entre l’examen et ses résultats, au cours de cette crise de reproches, qu’elle nous a annoncé qu’elle avait vécu des fausses couches et IMG à cause de trisomies 13 et 18. C’était bien entendu la période idéale pour nous révéler ça. Nous n’avions pas encore les résultats. Elle nous a livré ça comme ça, toute soulagée qu’elle était d’avoir vidé son sac et de nous avoir engueulés comme des enfants qui auraient mangé tout le gâteau sans en laisser pour les autres.

Tu vois où on a été égoïste du coup : comme on savait parfaitement son passé médical (ironie), on a fait exprès de lui parler de la première échographie en se foutant complètement de l’impact que ça aurait sur elle. Et ma belle-soeur (elle au courant des FC et IMG) d’en rajouter une couche en disant à son frère “Et bien oui tu savais bien”. Evidemment, mon homme n’en savait strictement rien. C’est quelque chose qu’elles avaient partagé entre femmes, entre mère et fille, quelque chose qu’avait vécu ma BS de l’extérieur petite (puisque les FC et IMG ont eu lieu entre elle et son frère) mais mon homme, lui, n’en avait jamais rien su. Sinon nous aurions bien entendu attendu avant de parler de la grossesse !

Et donc en plus de notre inquiétude pour notre fils en attendant les résultats de la choriocentèse nous avons du encaisser ses reproches déplacés et la nouvelle choc qu’il y avait déjà eu des trisomies dans la belle-famille, ce dont même mon homme n’était pas au courant.

Dans le concours de l’égoïsme, je pense quand même qu’on peut lui attribuer la médaille d’or sur ce coup là, non ?

Fort heureusement, une semaine plus tard, les résultats sont revenus négatifs de toutes anomalies chromosomiques et nous avons pu nous projeter concrètement en apprenant que nous attendions un petit garçon.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.