Le jour où elle m’a agressée


Belle-Maman, Billets d'humeur / Thursday, May 16th, 2019

Verbalement, je précise. Ma belle-mère a des défauts mais elle n’est pas violente (manquerait plus que ça! ^^’)

C’est l’incident qui m’a fait ouvrir les yeux sur ma belle-mère. Le point de départ de a lente déconstruction du Captain face à sa mère. C’est la chose dont on a le plus parlé lors de notre thérapie de couple. Cette agression aurait pu être la fin de tout. Je te raconte ça, mais va chercher un verre d’eau et un truc à grignoter, ça va être long!

La grossesse pour MiniCaptain et la recherche d’appartements

Le Captain et moi étions heureux malgré sa réaction. Et une des premières choses dont nous avons discuté, c’est de déménager. Nous vivions dans l’appartement que ma belle-mère avait acheté pour son fils après son divorce d’avec son père (elle n’a pas que des défauts belle-maman). Il était parfait pour la vie d’étudiant, pour un couple de jeunes actifs tout juste sortis des études, mais pas tout adapté à la vie de famille en revanche. Nous avons donc commencé à prospecter pour acheter notre premier appartement (après de longues disputes car je voulais acheter une maison, mais j’ai fini par capituler).

Evidemment, belle-maman s’en est mêlé. Elle visitait des appartements pour nous, sans nous, et nous conseillait ensuite ce que nous devrions choisir. Personnellement, demander que nos parents viennent lors de contre-visites me paraissait tout à fait normal. Qu’elle prenne l’initiative d’écumer les annonces immobilières et d’aller faire les visites “pour mon fils et sa femme” ça me paraissait carrément ahurissant !

Pour faire court : nous nous sommes retrouvés à acheter l’appartement qu’elle avait choisi pour nous. Oui, oui. tu lis bien. Nous avons acheté l’appartement que ma belle-mère avait choisi. Un appartement que j’avais moi même déjà visité et exclu à cause de tout un tas de critères qui n’ont pas trouvé grâce à ses yeux, et donc pas non plus aux yeux de mon homme à l’époque.

Les travaux et l’agression

Evidemment, c’était un appartement où il y avait plein de travaux : appartement de 1970, il n’avait pas trop bougé sauf travaux de rafraichissement. Il fallait donc détapisser, casser des cloisons, casser la cuisine, refaire la SdB… Tu imagines bien la grossesse paisible que j’ai passée. Et comme par hasard, cet appartement était à deux rues de chez elle. Ce qui fait que pendant nos journées de travaux, nous faisions fréquemment la pause déjeuner chez elle.

Tant et si bien qu’un jour à la pause méridienne, je discutais avec mon mari de la suite des travaux pour l’après midi. Etant pour ma part en train de détapisser, j’évoquais le fait de démonter les radiateur pour pouvoir faire les choses proprement (chaudière au gaz, vieux radiateurs en fonte) car j’avais peur que MC en grandissant passe ses petites mains dans les jours et aille arracher les petits bouts de tapisserie rester là. Et là, que n’avais-je pas dit !

“Non mais t’es pas folle un peu ! Tu te rends compte de combien ça couterait de tout démonter ? Des radiateurs comme ça, il faut tout vidanger hein avant de les démonter. T’es pas Rotschild, Madeline!” le tout dit sur un ton qui mériterait d’être retranscrit en capslock. Je me suis trouvée interdite d’abord, puis j’ai répliqué, puis le ton est monté et tout y est passé :
– je me prenais pour une riche mais il allait falloir que j’apprenne la vraie vie
– depuis que j’étais avec son fils il allait de plus en plus mal, je n’étais pas bien pour lui
– de toute façon elle savait que ce qui allait arriver c’est qu’elle allait se retrouver avec notre fils sur les bras, mais qu’elle nous prévenait qu’elle ne serait pas corvéable
– que si je n’avais pas validé mon année de stage, c’est parce que j’étais bien incapable d’enseigner et que je ferais mieux de grandir

Evidemment, j’ai répondu points par points, les larmes aux yeux et l’âme déchirée par ce qu’il se passait (en plus des hormones à 6 mois et de mi de grossesse) :
– que je venais d’une famille modeste (1 smic pour 4) et que je ne pensais pas avoir de leçon de recevoir de quelqu’un qui avait un jour été propriétaire sur la cote d’Azur
– que son fils était dépressif noyé dans la drogue avant que j’arrive dans sa vie, donc que si elle cherchait une coupable à ses états dépressifs, qu’elle se regarde dans un miroir
– qu’elle se rassure, je ne confierai jamais mon fils à quelqu’un qui fume sans se soucier des autres (oui parce qu’elle fumait à l’intérieur en ma présence sans gêne aucune, et je devais constamment lui demander de sortir)
– que non, le problème ce n’était pas moi mais ma tutrice de stage qui avait déjà eu des problèmes avec d’autres stagiaires, mais que ça elle ne pouvait pas connaitre puisqu’elle n’avait jamais réussi à avoir son concours.
Et j’ai conclus en soulignant que c’était le Captain et moi qui achetions et rénovions, pas le Captain, moi et elle, donc qu’elle arrête de dire “on” et “nous” car elle avait déjà vécu tout ça et que là c’était notre tour, donc qu’elle reste à sa place !

J’ai fini épuisée par cette joute verbale et en larmes sur son canapé. Cerise sur le gâteau, mon homme qui commente qu’il est content que ça soit sorti et qu’on se dise les choses en face parce qu’il en avait marre de faire tampon. #Trahison
Et puis sanglotante avec mon gros ventre de 6 mois et demi de grossesse, elle prend pitié et vient vers moi. Pour s’excuser ? Que nenni ! “Je sais que c’est dur. Mais tu verras, la vie t’apprendra”

“La vie t’apprendra.”

Et là j’ai vrillé. Je lui ai dit que j’avais grandi avec la violence, elle qui n’a connu ça qu’à travers un compagnon violent qu’elle a fini par quitté. Je lui ai dit que j’avais failli perdre ma soeur à 8 ans et ma mère à 12 ans. Elle qui a eu la chance d’atteindre presque 60 ans avant de connaitre la peur de perdre sa mère. Je lui ai dit que la vie m’avait déjà appris durement des choses qu’elle mourrait probablement sans jamais connaitre et que c’est aussi ces épreuves qui ont fait de moi celle que je suis. J’ai conclu que je ne resterai pas une minute de plus dans une maison où on ne me respecte pas. Et je suis partie.

La Captain, sa mère et moi

Dehors sur le parking, j’étais tellement dévastée. En une fraction de secondes j’avais compris que ma belle-mère me détestait secrètement d’une part, et que ça faisait des mois qu’elle bavait à mon sujet auprès de mon mari sans que celui ci ne prenne ma défense d’autre part.Voilà.

Dehors sur le parking, j’ai eu envie de mourir de m’être trompée à ce point sur cette femme. Moi qui clamais à qui voulait l’entendre que ma belle-mère et moi on s’adorait, je m’étais lamentablement trompée. Là où moi j’étais sincère dans nos rapports, elle elle jouait la comédie.

Dehors sur le parking , j’ai dit à mon homme que puisque je n’étais bonne ni en tant que prof, ni en tant qu’épouse et donc pas en tant que mère, une fois que MiniCaptain naitrait, je leur laisserais à sa mère et lui et j’irais refaire ma vie ailleurs en leur souhaitant d’être heureux tous les deux.

Dehors sur le parking, Captain m’a dit qu’il avait compris, que c’était sa mère ou moi, et qu’il me choisissait moi. Et là, j’aurais du dire “ok” et fermer ma grande bouche, mais j’ai corrigé mon homme. Je lui ai dit que jamais de ma vie je ne lui demanderais de choisir, car il n’avait qu’une seule mère, mais qu’en revanche je ne voulais plus revoir cette femme jusqu’à la naissance de MiniCaptain !

Et il m’a pris au mot assez littéralement puisque MiniCaptain n’avait pas 24h quand j’ai revu ma BM pour la première fois depuis l’agression. Mais ça, je t’en parlerai dans un autre article 😉

4 Replies to “Le jour où elle m’a agressée”

  1. Ah oui ça c’est de la belle-mère !!! Pfiou pas simple dit donc.
    Je comprends tout à fait ta réaction. Je n’aurais pas aimé autant d’intrusion dans ma vie de couple de la part de ma belle-mère (ni même de ma mère d’ailleurs)… et encore moins autant de jugements et critiques gratuites…
    La relation mère-fils c’est quelque chose de merveilleux et fort. Mais il faut aussi savoir affirmer ses choix et défendre ses opinions une fois adulte. Mon ex belle-mère faisait tellement tout pour ses enfants que son fils a eu du mal à s’acclimater à notre vie de couple. Il a même eu du mal à partir de chez ses parents à 25 ans : ses cartons n’étaient pas fait le jour de notre déménagement. Il m’avait alors répondu : “non mais je vais pas tout emmener car on reviendra dormir chez mes parents une fois ou deux dans la semaine” (on habitait à 15 minutes de chez eux). Mais je lui ai gentiment fait comprendre qu’on n’emménageait pas ensemble dans notre chez nous pour devoir revenir vivre chez ses parents de temps en temps. C’était hors de question.

    1. Ces mamans qui font de leurs fils des êtes dépendants, ça me dépasse ! J’aurais pas supporté cette situation DU TOUT ^^’
      Clairement j’aurais pas du laisser ma BM revenir dans ma vie après cette agression (mais j’aurais pas tant de choses à raconter si je l’avais fait ^^’)

  2. Bonjour, je suis dans la même situation que toi. Je viens d’avoir un petit bébé et j’ai du coupé les ponts avec ma BM. Son comportement est devenu invivable depuis la naissance de mon enfant. Ou est-ce moi qui n’accepte plus cette situation en étant devenue mère à mon tour ? Ce fut très dur d’accepter le fait que je ne conviendrait jamais à ces yeux mais ce fut un soulagement de penser que je n’étais plus obliger de tout faire pour lui plaire. Car elle était toujours en demande. C’est un puit sans fond. Quoi qu’il arrive, elle trouvera toujours une raison de nous en vouloir car moi et mon compagnon nous ne seront jamais assez bien à ces yeux. Il m’a fallut beaucoup de temps mais aujourd’hui ça va mieux. C’est juste pas facile de se dire que nous sommes liés à elle par le biais de notre enfant. Et la culpabilité est là pour nous rappeler à l’ordre. Courage !!!!

    1. Ohlala ! Comme je suis désolée pour vous ! Et vous n’êtes liés à rien par votre enfant. Les grands parents n’ont aucun droit sur leurs petits enfants. Si vous estimez qu’elle est toxique pour lui, vois pouvez couper les ponts sans culpabiliser !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.