J’écris pour celle que j’étais


Billets d'humeur / Monday, April 20th, 2020

Version audio disponible ici – Durée 2’38

J’ai eu dernièrement un gros gros gros blocage sur le blog car je n’arrivais pas à inclure tout le monde dans ce que je voulais dire. Alors j’ai arrêté de publier. J’ai investi surtout Instagram et j’ai délaissé le blog.

A contrecoeur.

Et puis, en retournant le problème sous tous les angles, et me recentrant sur pourquoi, pour qui, j’avais débuté ce blog, j’ai mis le doigt sur une vérité importante : au delà de ne pas pouvoir inclure tout le monde malgré toute l’inclusivité dont j’essaie de faire preuve, je n’écris pas pour tout le monde.

Je suis une femme cis blanche hétérosexuelle valide, issue d’une famille ouvrière, qui a cumulé 3 jobs étudiants à la fois pour pouvoir accéder au métier dont elle rêvait petite. Je suis une survivante de pédophilie, de viols conjugaux et d’agressions dans la rue. Je suis une femme qui a eu un parcours de vie marqué par les fakemeds et les dérives que ça inclut. Je suis une femme a qui on a annoncé une infertilité quasi certaine alors que j’ai réussi à faire 2 enfants. Je suis une femme cis blanche hétérosexuelle dont la sexualité a été fortement impactée par tout ce parcours de vie.

Et j’écris essentiellement pour celle que j’étais, et celles qui peuvent se retrouver dans ce que j’ai à raconter sur mon parcours de vie, ma parentalité et ma sexualité.

Et si au début je doutais que d’autres aient pu vivre, ressentir ou penser des choses similaires à mes expériences, je sais aujourd’hui que ce n’est pas le cas et que ça fait écho chez certaines d’entre vous.

J’aurais voulu pouvoir écrire pour inclure tout le monde parce que je SAIS à quel point on peut vite avoir des propos excluants malgré soi. Mais le fait est que cette pression que je m’étais mise pour inclure au maximum m’éloignait de la raison d’être de ce blog. Alors je reprends, humblement, mais sur cette nouvelle énergie, en m’étant recentrée.

Et je suis désolée d’avance pour mes propos qui n’engloberont pas tout le monde. Je fais attention à tous les propos qui pourraient être excluants *phobes ou *istes dont j’ai conscience, mais je pense que par mon statut de femme cis blanche hetero il y a forcément des choses dont je n’aurais peut être pas conscience avant qu’on ne m’en parle. Je continuerai à écrire au maximum en écriture inclusive et à donner la voix à toustes en commentaires.

Je reprends donc le blog après cette longue pause et cette réflexion qui méritait quand même d’être faite.

Love yourself
– Mad –

11 Replies to “J’écris pour celle que j’étais”

  1. Oh mais quelle pression tu t’étais mise! Quelle exigence envers toi-même! Aucune expérience ne peut-être 100% universelle il me semble mais ce n’est pas pour cela qu’elle ne vaudrait pas le coup d’être partagée. Tout le monde peut tirer des enseignements de ce que vivent les autres, même si a priori on ne se sent pas particulièrement concerné. Écrire avec conviction et honnêteté c’est la base et tu le fais super bien, alors j’applaudis ton retour!

    1. Merci pour ces mots ! “Tout le monde peut tirer des enseignements de ce que vivent les autres” me parle énormément. Je n’avais pas vu les choses sous cet angle là, ça me convainc encore plus <3

  2. Je pense que c’est important de vouloir inclure tout le monde, mais c’est aussi important de ne pas le faire. Tu risquerais sinon de perdre en authenticité, en autorité (dans le sens de connaître le sujet dont on parle). Dans certains cas, il est tellement difficile, voir impossible, de parler d’expériences et conditions qu’on ne vit pas. Je pense qu’il y a un juste milieu à trouver entre ne pas exclure mais aussi connaître ses limites (mais je ne tiens pas de blog donc je donne mon avis en toute humilité).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.